idemguild Index du Forum

idemguild
Guilde Idem Kael'Thas

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Philosophie hebdomadaire
Aller à la page: <  1, 2, 3, … 18, 19, 20  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    idemguild Index du Forum -> Général -> Tavernier, une bière!
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Affrojojo
Officier

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 988

MessagePosté le: Dim 24 Mai - 16:53 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

Il n'y a pas de résumé possible, chaque élément a son importance dans une thèse. Cela dit si vous avez la flemme de lire, rien ne vous empêche de réagir directement sur le sujet. Seulement ne pas lire les autres c'est peut-être passer à coté des gens qui ont déjà dit la même chose que vous, et ca ne fera pas progresser le débat Smile
_________________
Et si le monde était un tesseract?


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 24 Mai - 16:53 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
teTyr
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2009
Messages: 161
Localisation: Nantes

MessagePosté le: Dim 24 Mai - 17:01 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

 

 
Citation:
je pense que les nuances dans les musiques sont interprétés par notre inconscient, et nous ramènent à des moments de joie ou des moments douloureux de notre passé. Je ne vois pas d'autres explications.




c’ést exactement ce que je voulais dire (mais je me suis mal exprimé) mais c’est valable pour tout, pas seulement la musique.



 
Citation:
je ne vois pas ce qui différencie un tableau ou une sculpture faite par un grand artiste de celle faite par un gars n'ayant aucun talent particulier.


Ben justement cette faculté de faire passer des choses a travers son oeuvre. (et moi non plus j’aime pas picasso Rolling Eyes )
_________________
No retreat, No surrender !


Revenir en haut
Affrojojo
Officier

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 988

MessagePosté le: Dim 24 Mai - 20:04 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

"Ben justement cette faculté de faire passer des choses a travers son oeuvre. (et moi non plus j’aime pas picasso Rolling Eyes )"

Il deumeure quelque chose qui me titille. Si l'art est destiné à etre interprété différement par tout le monde, et que l'artiste sait faire passer des sentiments à travers son oeuvre contrairement à quelqu'un n'ayant aucun don particulier, partant du principe que l'artiste qui crée une oeuvre est conscient qu'il est en train de la créer, il cherche donc à faire une oeuvre qui inspirera ces sentiments, sinon il serait inconscient de faire de la peinture lorsqu'il est en train d'en faire, ce qui est paradoxal.

La question est donc la suivante : comment l'artiste sait-il qu'il provoquera chez les gens des sentiments s'il ne sait pas quels seront ces sentiments, ou pire encore, s'il sait que les sentiments engendrés seront imprévisibles?
On est tenté de répondre spontanément que l'artiste en composition suis une sorte de feeling, et qu'il ne se pose guère la question de savoir ce que ca évoquera au public lors de son exposition. La création deviendrait alors une daube ou une oeuvre seulement en fonction d'un ressenti totalement imprévisible des gens qui la contempleront. On peut donc dire que c'est en le public qu'un artiste existe et non pas que l'artiste existe en soi, puisque l'artiste n'a aucun pouvoir lui permettant d'inclure volontairement des éléments provocant des sentiments.
Quelle sont donc les deux seules explications de la préférence de certains individus en tant qu'artiste plutot qu'un second individu?
Soit la chance, en effet picasso a peint 100 tableaux qui ont tous plus plu que ceux qu'a peint affrojojo.
Soit l'art n'est qu'un effet de mode, les gens suivent la masse et donc distinguent un artiste d'un autre de manière hypocrite, ou par endoctrinement.

Tout devient alors une question de croyance, et moi je crois que c'est la deuxieme proposition.
_________________
Et si le monde était un tesseract?


Revenir en haut
Affrojojo
Officier

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 988

MessagePosté le: Sam 30 Mai - 04:55 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

FIN DE LA DISCUSSION SUR LE SUJET :
"Qu'est-ce que le beau?"



SUJET DE LA SEMAINE :
"Est-ce dans la solitude qu'on peut prendre conscience de soi"

_________________
Et si le monde était un tesseract?

Revenir en haut
Affrojojo
Officier

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 988

MessagePosté le: Sam 30 Mai - 21:33 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

Est-ce dans la solitude qu'on peut prendre conscience de soi?

Avant de pouvoir répondre a cette question, il est à mon sens nécessaire de savoir ce que signifie « avoir conscience de soi ».

Qu'appelle-t-on conscience? Dans le langage courant, la conscience s'apparente à une connaissance. Par exemple, une personne s'adresse à une autre : « es-tu conscient des risques que cela implique? ». Ce que la personne veut savoir, c'est si son interlocuteur sait, et donc « détient la connaissance » des risques qu'il encoure. Etre conscient de quelque chose, c'est donc dans un premier temps connaître cette chose, mais aussi et surtout être lucide sur celle-ci, et donc pouvoir l'exprimer ou la penser à tout moment et en s'en rendant compte.
La conscience n'est pas le contraire de l'inconscient contrairement à ce qu'on pourrait croire. L'inconscient n'est pas une ignorance mais bien une connaissance comme la conscience, à la différence qu'il est impossible de penser à son inconscient volontairement, ou de s'exprimer sur son contenu. L'inconscient se compose alors d'une part de l'ensemble de nos connaissances et sentiments refoulés et d'autre part du pré-conscient, qui réuni tous les éléments non-refoulés et qui sont des connaissances auxquelles la conscience à accès librement (contrairement aux connaissances inconscientes), mais qui sont, au moment ou l'on parle, rejetés par la conscience par surplus d'information pour ne pas tomber dans la folie. La plupart des éléments pré-conscients sont stockés dans la mémoire. Par exemple, au moment ou j'écris cela, je ne suis pas en train de penser à la couleur de ma voiture, ou à la coupe de cheveux d'un ami, ni à une multitudes de connaissances que je possède, par rejet de la conscience, sans pour autant être inconscient de ces choses la.

Cette distinction entre inconscient et pré-conscient me paraît nécessaire pour parler de la conscience de soi, car je souhaite regrouper conscience et pré-conscience pour l'ensemble de ma thèse.

Qu'est-ce que le soi? En d'autre terme, comment répondre à la question « qui suis-je? »? Il faut donc décomposer chaque éléments qui font que je suis moi, et voir lequel fait le « moi » et qui fait que je ne suis pas quelqu'un d'autre.

La première chose qui vient à l'esprit est le nom. Mon nom est Julien. Si on me pose la question qui je suis, puis-je répondre par « Je suis Julien »? Si le nom était la seule chose déterminant le moi, alors ça signifierait que je suis moi plus toutes les autres personnes s'appelant Julien aussi? C'est absurde, je suis Julien moi et pas Julien le voisin ou Julien le facteur. De plus si je venais à changer de nom pour m'appeler Albert, deviendrais-je quelqu'un d'autre? Absolument pas ! Je sais qu'au fond mon moi resterai moi et que c'est juste mon nom qui a changé. Le nom n'est là que pour permettre une représentation du « moi » de la personne nommée dans la communication. Le moi ne réside donc pas dans le nom.

Le moi réside-t-il dans le physique? Il semble que certaines personnes me ressemblent partiellement, mais jamais à 100%. Le moi pourrait alors résider en mon apparence, et en les atomes qui me composent. Seulement si je venais à avoir un accident et à être défiguré ou amputé d'une jambe, ne serais-je alors plus moi parce que j'ai changé de physique ou d'apparence? Non pardi ! Si on me coupe un bras, alors je resterai moi au fond.

Tous les arguments pourront être réfutés de la même manière. Par exemple, le moi réside-t-il en ma personnalité? Non car tout au long de ma vie j'ai toujours été moi alors que ma personnalité, elle, a beaucoup changé depuis que je suis né ! Le moi réside-t-il en la conscience? Certainement pas, j'ai pris conscience et oublié trop de chose depuis que je suis moi, et pourtant j'ai toujours été moi.

A défaut d'avoir la connaissance de ce qui chez l'homme constitue le moi, nous allons partir du principe que le moi est un peu l'ensemble de tout ce qui a été cité plus haut ainsi que tout ce quiforme mon unité, que ce soit ma provenance, mon existence, ma conscience, ma mémoire ou mon esprit.

Avoir conscience de soi c'est donc détenir la connaissance absolue et vraie de ce que je suis, de mon essence, de mon moi, et être capable de l'exprimer assurément. De par la limite scientifiquement prouvée de notre cerveau, il est impossible de détenir la totalité des informations portant sur moi. Par exemple, il m'est impossible de savoir au millilitre près combien de sang circule dans mon corps, et à tout moment. Il m'est aussi impossible de savoir combien j'ai de cheveux. La conscience totale de soi étant inaccessible par la limite de notre cerveau, que ce soit dans la solitude ou non, il faut donc abandonner tout espoir de prendre conscience de soi à 100%. Nous traiterons donc ce sujet dans l'optique de se rapprocher le plus possible de cette connaissance absolue, et non pas dans celle de la posséder.

La solitude est l'absence d'autres sujets et d'autres consciences perceptibles et influents sur ma propre conscience. Il faudra donc déterminer non seulement ce qu'apporte la solitude de plus que la vie en société pour s'approcher de la connaissance la plus complète possible de soi, mais aussi ce qu'elle apporte de moins, puis comparer ces apports.
Ceci me paraît être une introduction convenable pour se mettre d'accord d'entrée de jeu sur ma vision de la problématique, et pouvoir maintenant entrer dans le vif du sujet en toute connaissance de cause.

Pour connaître une chose il est important de savoir se représenter la chose telle qu'elle est dans son état naturel. J'entends par état naturel, l'état dans lequel est censée être la chose ou la personne lorsqu'elle a suivi la voie qui lui est propre, sans intervention de facteur extérieur volontaire visant à transformer ladite chose. Par exemple, si je veux connaître ce qui caractérise le clavier avec lequel j'écris, il est nécessaire que j'observe le clavier tel qu'il est. Ainsi je me ferais une opinion juste de ce à quoi il ressemble (une sorte de bloc massif en plastic tridimensionnel, plus ou moins rectangulaire, relié à l'ordinateur par des fils électriques gainés de caoutchouc et de plastique souple) et de ce à quoi il sert (transmettre des informations à l'unité centrale de l'ordinateur, souvent des lettres ou des chiffres). Si je coupe mon clavier en 100 petits morceaux, et que je le met dans le réfrigérateur, il perdra ses caractéristiques physique, son utilité et des tas d'autres choses qui font que ce clavier est ce qu'il est. Quelqu'un ne connaissant pas les claviers et qui le trouvera ainsi, en pièce et dans le réfrigérateur, se fera une idée fausse de ce qu'est un clavier.
Il en est de même pour tous les objets, et même les êtres vivant. Outre le fait de savoir ce qu'apporte la société ou la solitude sur l'observation de soi, il est aussi nécessaire de savoir si c'est dans la solitude ou dans la société que nous sommes dans notre état naturel.

En société il existe d'innombrables choses qui dénaturalisent l'homme. Par exemple, la législation. Il n'est pas rare dans notre société de ne pas faire ce que bon nous semble car c'est interdit par la loi. Ainsi privés de pouvoir faire ce que nous voulons et ce que nous aurions fait sans ces lois, nous ne sommes donc pas libre de faire et d'être ce qu'on veut, nous sommes dénaturalisés, puisqu'influencés. Les lois ne sont pas les seules règles de la société qui nous influencent (et par conséquent nous changent). Les mœurs, par exemple, la façon dont nous sommes élevés étant petit, et les principes qu'on nous inculque définiront et imposeront le changement ou la disparition d'une partie du moi.

Notre société est évolutive et transmissible, contrairement aux « sociétés animales ».
Soyons clair : la nature du vivant ne change pas. Par exemple la réaction d'un être humain seul depuis qu'il est né lorsqu'il souffre de famine sera la même pour tous les humains, quel que soit l'époque dans laquelle nous vivons. On peut donc dire que cette réaction découle de sa nature.
Un lionceau enlevé à sa mère et élevé seul ou différemment que dans son milieu naturel, se verra changé d'une certaine façon d'un lion ayant toujours été dans une communauté d'autres de sessemblables. La présence d'une société pour les animaux influence donc aussi leur comportement. Prenons notre jeune lion dans son milieu naturel. Il aura appris grâce a la présence des autres un mode de vie, une méthode de chasse etc. Or, pouvons-nous dire que cela a réellement changé son moi? Non ! Car le mode de vie des lions et leur technique de chasse n'évolue pas. C'est la même depuis des siècles, et ça a probablement été toujours la même. Il est donc propre et naturel (puisque la constance est une caractéristique du naturel) aux lions de s'accoutumer à cette société. Elle n'est pas dénaturalisante puisqu'elle est stable. Seules des caractéristiques génétiques seront transmises et participeront à l'évolution de leur société.

C'est là qu'est la grande différence avec la société humaine. En effet, du fait que le savoir que nous acquérons au fil du temps se transmette de générations en générations, chaque génération ne repars pas « à 0 » et bénéficie de ce qui a été transmis en plus d'une vie pour continuer à évoluer et avancer. C'est donc en la transmissibilité de notre science qu'est notre évolution et notre soit disant « progrès ». Cela nous amène à naître dans un monde ou on ne se déplace plus sur nos pattes mais en voiture, ou plus sur terre mais dans les airs. Un monde où on peut allumer une télévision à distance grâce à un petit boitier. Tout ceci étant en perpétuel changement, ça ne peut être naturel ! L'homme en société de nos jours n'est pas naturel, ou plutôt la société est corrompue d'une certaine façon et nous empêche de l'être, ce qui la fait différer des autres sociétés animales, et donc de la société que nous devrions chercher à bâtir.

Comment prendre conscience de soi dans notre société, si la conscience de soi passe par l'observation de soi, et si nous ne sommes pas nous-même quand nous nous observons? C'est impossible.

C'est certainement suite à pareilles constatations que la question s'est posée : sans la société qui nous dénaturalise, donc dans la solitude, serions-nous naturels? Malheureusement je ne possède pas la science pour pouvoir définir précisément ce qui est naturel chez l'homme, et ce qui ne l'est pas. Cependant je peux vaguement imaginer ce qui peut être les bases de la nature de l'homme.
Le physique : à la naissance nous sommes dotés d'appareils génitaux destinés à notre reproduction. Ceci nous a été conféré par la nature, et ça respecte aussi la constance propre aux choses naturelles, puisque depuis toujours l'homme a eu un sexe semblable et dont l'utilité n'a pas changé.
Pour que l'homme soit naturel il faut donc qu'il utilise cet appareil génital avec un autre du sexe opposé. Est-ce possible dans la solitude? Non, l'homme est donc fait pour être en société.

Un autre exemple, toujours en se basant sur notre physique qui n'a pas changé depuis l'apparition de la race des homo-sapiens : les jambes. D'un point de vue physiologique, les scientifiques sont formels : nos jambes sont naturellement faites pour nous tenir dessus. Sinon on aurait de sacrées migraines la tête en bas, ou alors nous serions mois rapide à courir le 100 mètres si nous étions à quatre pattes. Un bébé seul depuis toujours restera sur 4 pattes, s'il n'y a personne pour lui apprendre. L'homme est donc naturellement fait pour être en société.

Ce n'est donc ni dans la société ni dans la solitude que nous sommes naturels, du moins tant que la société sera celle dans laquelle nous vivons actuellement, c'est à dire une société évolutive et transmissible. Puisque nous ne somme pas naturels, il nous est impossible de prendre conscience de soi par l'observation de soi. Il faut donc apprendre à se connaître par analyse de soi. La solitude apporte-t-elle plus que la société pour l'analyse de soi?

Dans la société, nous sommes un homme parmi d'autres hommes ayant des similitude et des différences avec nous, que ce soit sur le plan physique, moral, sur notre vécu, notre statut social. Le premier atout de la société est de pouvoir se comparer librement avec chacun, mais seulement sur les points qui nous sont accessibles. Par exemple je ne peux pas comparer la taille de mon sexe avec celle de X ou Y si ce n'est pas une information qui m'est accessible.
Le fait de pouvoir se comparer à d'autres personnes ou groupe de personnes, nous donne des repères. Attention ces repères ne sont pas des repères vrais, mais des repères « moyens ». Par exemple si je compare ma personnalité avec des gens me ressemblant sur la plupart des points, et que je m'aperçois que je m'énerve beaucoup plus vite qu'eux, je peux alors dire avec certitude « je suis quelqu'un qui s'énerve vite ». Seulement ce « vite » est subjectif car il est dépendant d'autres sujets aléatoires. C'est ainsi que s'explique d'ailleurs la fameuse citation « l'homme est la mesure de toute chose ». Usain Bolt est dit très rapide sur 100 mètres car il est comparé à la moyenne. Si tout le monde avait couru le 100 mètres en 7 sec, aurait-on dit qu'il est rapide? Non, on aurait même dit qu'il est lent, alors qu'en réalité il n'est pas plus lent ou plus rapide, il est seulement égal a lui-même, ce qui en fait un jugement totalement erroné. Ces comparaisons sont donc à double tranchant.

Le fait d'etre soi permet d'avoir des connaissances sur soi que personne d'autre n'a. Par exemple, je pense à un chiffre en 1 et 10... 6 ! personne ne sait que j'ai choisi 6, donc je détiens une connaissance sur ce que j'ai choisi qui n'est accessible que par moi.
Mais parfois être soi empêche de connaître certaines chose sur soi. Par exemple, à quoi est-ce que je ressemble de dos? Si personne ne me le décrivait il me serait alors impossible de le savoir. Quelle est la seule différence entre la personne qui peut me voir de dos et moi, et qui a fait qu'elle a obtenu cette information? La personne a pu prendre du recul ! Du fait que je sois moi, il m'est impossible de prendre du recul sur moi complètement, ou sur un contexte m'influençant, comme je pourrais en prendre sur n'importe quelle autre chose qui ne me concerne pas.

C'est ce qu'on appelle la notion de subjectivité. Etre dans l'incapacité de s'extraire d'un contexte quel qu'il soit, pour juger d'une chose. Par exemple, je serais influencé par mon contexte familial duquel il m'est impossible de m'échapper, lorsque je voudrais fonder ma propre famille, et être influencé, ça signifie ne pas être libre ou lucide. Un exemple extrêmement flagrant témoignant de notre subjectivité, est que nous ayons cru pendant des siècles que le Soleil tournait autour de la Terre. En effet, en étant sur Terre, nous sommes dans le référentiel terrestre, et on est illusionné par ce référentiel, nous faisant croire que nous sommes le centre de toute chose. Quand nous sommes dans un bus et qu'on regarde par la fenêtre, puis dans le bus, puis de nouveau par la fenêtre, on a le sentiment d'être immobile, et que c'est le paysage qui se déplace. Il faut sortir du bus pour se rendre compte de notre erreur. C'est le même principe pour la Terre et le Soleil, nous étions incapable de nous extraire de ce référentiel et ça a troublé notre jugement, alors qu'un extra-terrestre voyant notre système solaire avec du recul saura tout de suite la vérité, et avec beaucoup moins d'acharnement que nous avons du en avoir pour le faire par nous même.
C'est exactement le même principe pour juger de soi. Certaines personnes remarquerons des choses en nous que nous ne pouvons remarquer par nous-même. Pour ceux qui n'en n'ont jamais fait l'expérience, enregistrez vous en train de parler avec un micro, puis écoutez vous parler. Vous serez surpris, car pour une fois on s'entend parler sans être en train de parler, un peu comme si vous écoutiez quelqu'un. Certaines personnes après cette expérience refusent même de croire que ce sont eux qui parlaient.
Etre en société permet de s'appuyer sur les jugements d'autres consciences sur vous, sur ce que vous seriez incapable de juger par vous-même.

La solitude quant à elle permet, sur le long terme, de pouvoir se faire face à soi-même. Le fait de n'avoir aucun sujet autre que soi-même sur qui porter son attention et ses réflexions nous oblige à nous concentrer sur nous d'avantage. La solitude libère le sujet, puisqu'il n'est plus contraint de porter attention aux conséquences de ses actes sur sa communauté. Le fait d'être autonome rapproche le solitaire de la sagesse de l'indépendance. Le calme et la tranquillité feront de la solitude l'idéal de la méditation.
Par dessus toutes ces choses, la solitude élimine le besoin de paraître. L'homme en société agira différemment en fonction de la présence ou l'absence d'autres sujets, ou en fonction de qui sont cessujets. Si par exemple un homme est avec une femme qu'il tente de séduire ; il essaiera de cacher ses points faibles, et mettre en avant ses points forts. Cette attitude de façade est d'ailleurs toujours active, même s'il ne cherche pas à séduire, tant qu'il est accompagné. L'homme cherchera à faire bonne impression, et parfois même, à prendre l'habitude d'adopter cette attitude de façade, il en vient à se mentir à lui même sur ce qu'il est.
Le sujet isolé n'est pas pris dans ce cercle vicieux, n'aura aucunement besoin de paraître ou de se mentir à soi même. Il ne sera donc par ailleurs pas tenu de suivre les modes, et ça, c'est le bien.

Pour conclure, la prise de conscience complète de soi est strictement impossible du aux capacités limitées de notre cerveau, et au fait que nous ne somme jamais vraiment naturels. Tant que la société dans laquelle nous vivons sera la même, c'est à dire évolutive et transmissible, l'homme ne sera pas naturel au sein de celle-ci.
La société aide en certains points à l'analyse de soi, comme par exemple le fait de pouvoir se comparer aux autres, ou de pouvoir demander l'avis des autres sur soi.
La solitude, elle, permet un véritable retour de soi sur soi, l'élimination du besoin de paraître et du mensonge à soi-même.
_________________
Et si le monde était un tesseract?


Revenir en haut
Camlost
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 665
Localisation: Cambrai (59)

MessagePosté le: Mar 23 Juin - 16:53 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

dit juste comme sa dans les sujets que tu avait proposé y'avais pas peut 'on être sûr d'avoir raison ? 
_________________
**LoOSER member club**

Citation:
c'est tout simplement incroyable , cam t'es le meilleur parmi les meilleurs




Revenir en haut
Affrojojo
Officier

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 988

MessagePosté le: Mar 23 Juin - 19:32 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

y'avais "sommes nous obligés de respecter l'opinion d'autrui"
_________________
Et si le monde était un tesseract?


Revenir en haut
Camlost
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 665
Localisation: Cambrai (59)

MessagePosté le: Mar 23 Juin - 19:50 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

arf, il me semblais que tu avait mit ce sujet ... et j'ai tapé un bad le jour du bac... c'était ce sujet ... je me suis dit en faite j'aurais du lire le truc de philo ><
_________________
**LoOSER member club**

Citation:
c'est tout simplement incroyable , cam t'es le meilleur parmi les meilleurs




Revenir en haut
Hellzebuth
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2009
Messages: 500

MessagePosté le: Mar 23 Juin - 22:58 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

Affro je pense que tu devrais vraiment changer de forme pour la présentation de ta réponse, là c'est juste trop long.
C'est vrai quoi met toi à la place d'un Camlost !
_________________
J'ai perdu mon numéro, vous me prêtez le vôtre mademoiselle ?


Revenir en haut
Camlost
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 665
Localisation: Cambrai (59)

MessagePosté le: Mar 23 Juin - 23:01 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

MDR!!!!
Non mais sérieux j'ai cru qu'il avait lancé ce sujet la .. j'ai halluciné ... je me suis dit peut-être si j'aurais lu même sans comprendre j'aurais pu sortir des truc intéressant au lieu d'écrire de la merde... donc voila je voulais savoir ><
_________________
**LoOSER member club**

Citation:
c'est tout simplement incroyable , cam t'es le meilleur parmi les meilleurs




Revenir en haut
Affrojojo
Officier

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 988

MessagePosté le: Mer 24 Juin - 19:25 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

Hellz > j'aime aller au fond de ma pensée Razz
_________________
Et si le monde était un tesseract?


Revenir en haut
Hellzebuth
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2009
Messages: 500

MessagePosté le: Mer 24 Juin - 20:45 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

Alors tu sens que tu as plus besoin de t'exprimer pour toi même, plutôt que d'échanger avec les autres... Tu penses pas que cet aspect soulève un problème plus profond ? tu veux en parler ?  Mr. Green
_________________
J'ai perdu mon numéro, vous me prêtez le vôtre mademoiselle ?


Revenir en haut
Affrojojo
Officier

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2009
Messages: 988

MessagePosté le: Jeu 25 Juin - 00:25 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

En fait je m'exprime beaucoup mieux a l'écrit qu'à l'oral, et j'arrive mieux a réfléchir quand je note ce que je pense. Ca permet de revenir sur ce que j'ai déja pensé et de voir si tout coordone. Donc en fait, oui y'a une part qui est pour moi (et d'ailleurs je le dis meme si je le fais pas spécialement en ce moment j'avoue "meme si personne ne participe, je continuerai a parler seul"), car depuis toujours je me suis posé des tas de questions et meme tout petit je ne pouvais pas rester dans le doute sur la moindre chose, il fallait absolument que je trouve une explication à tout, et c'est un peu la continuité de tout ca. Mais y'a aussi une part d'échange avec les autres sinon j'aurai pas publié mes écrits, ou échangé avec tetyr comme je l'ai fait.

Puis étant un adorateur socratique je ne peux qu'aimer la discussion Very Happy
_________________
Et si le monde était un tesseract?


Revenir en haut
teTyr
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2009
Messages: 161
Localisation: Nantes

MessagePosté le: Jeu 25 Juin - 09:01 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

Affrojojo a écrit:
En fait je m'exprime beaucoup mieux a l'écrit qu'à l'oral, et j'arrive mieux a réfléchir quand je note ce que je pense. Ca permet de revenir sur ce que j'ai déja pensé et de voir si tout coordone. Donc en fait, oui y'a une part qui est pour moi (et d'ailleurs je le dis meme si je le fais pas spécialement en ce moment j'avoue "meme si personne ne participe, je continuerai a parler seul"), car depuis toujours je me suis posé des tas de questions et meme tout petit je ne pouvais pas rester dans le doute sur la moindre chose, il fallait absolument que je trouve une explication à tout, et c'est un peu la continuité de tout ca. Mais y'a aussi une part d'échange avec les autres sinon j'aurai pas publié mes écrits, ou échangé avec tetyr comme je l'ai fait.

Puis étant un adorateur socratique je ne peux qu'aimer la discussion Very Happy

Je suis plus nietzsche perso :/
_________________
No retreat, No surrender !


Revenir en haut
Tadbozieux
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2009
Messages: 843
Localisation: Devant son PC

MessagePosté le: Jeu 25 Juin - 12:20 (2009)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire Répondre en citant

Faut vraiment être dans le délire, personnellement je rendais déjà pas mes devoir de philo alors faire ça gratuits..... I can't
_________________
**LoOSER member club**



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:53 (2017)    Sujet du message: Philosophie hebdomadaire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    idemguild Index du Forum -> Général -> Tavernier, une bière! Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, … 18, 19, 20  >
Page 2 sur 20

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com